Dressage

Posted by on septembre 10, 2016 in Articles | 0 comments

Nous voilà au pied d’un questionnement bien difficile, devant l’abyssale question de ce que l’on a le droit de croire. Parce que quelque part entre nos yeux et notre langue, en passant par notre cerveau, la réalité est devenue une opinion, parce qu’elle n’a pas réussi à rester une pensée.
Que dire, lorsqu’en plus l’homme d’opinion n’observe plus la réalité mais s’abreuve du torrent de propos qui s’écoule sur les fils d’actualité. Pire, par des millions de clics méthodiques, des algorithmes démoniaques auront fait une sélection de cette réalité qui plongera l’observateur dans les biais cognitifs les plus répétés.
Voilà pourquoi nous serons tous les séides des maîtres à penser que nous aurons ajoutés sur facebook.
Voilà pourquoi il est si précieux d’aller monter à cheval, marcher dans la boue l’hiver, la poussière l’été, caresser, sentir, tomber, avoir peur, entendre son cheval hennir parce qu’il vous a reconnu, se perdre en forêt, se rappeler, échouer, réussir, oublier de manger, conduire sur le chemin des écuries, rentrer chez soi. Tout ça, avant de voir sur son écran de veille 4 appels en absence, 8 sms, 9 mails. Savoir que pendant ce temps, on a réussi à vivre un peu.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *